vendredi 1 février 2019

Neige...

J'adore l'ambiance de la maison prise dans ce cocon blanc... Je me sens enveloppée de douceur...
IMG_20190130_120824

IMG_20190130_120812


mardi 22 janvier 2019

Neige...

IMG_20190130_090531

IMG_20190130_090541

IMG_20190130_120819

Le jardin en zenattitude...

Le Blanc m'apaise...

Le silence me berce...

Je peux créer en toute sérénité...

vendredi 14 décembre 2018

Pourquoi le sapin garde ses feuilles en hiver...

oiseau4

 

Pourquoi le sapin garde ses feuilles en hiver

Un jour de novembre, où il commençait à faire froid, un petit oiseau, qui avait une aile cassée, cherchait anxieusement un abri contre la bise, dans la forêt voisine.

oiseau10

Au bouleau qui balançait son tronc d’argent, il demanda : « Joli bouleau, voulez-vous me laisser vivre dans vos branches jusqu’au printemps ?

-Non, dit le bouleau, j’ai bien assez de branches à porter. Va-t-en ! »

Le petit oiseau s’en alla, voletant et sautillant, jusqu’au chêne touffu : « Grand chêne, voulez-vous me laisser vivre dans vos branches jusqu’au printemps ?

-Ah ! Mais non ! dit le chêne, tu mangerais mes glands et mes bourgeons. Va-t-en ! »

Le petit oiseau, voletant et sautillant, s’adressa au saule jaunissant, près de la rivière : « Aimable saule, voulez-vous me laisser vivre dans vos branches jusqu’au printemps ?

-Non vraiment, dit le saule, je ne loge jamais d’étrangers. Va-t-en ! »

Le pauvre petit oiseau, voletant et sautillant, errait dans la forêt.

oiseau9

 « Où vas-tu donc ? lui demanda le vieux sapin.

-Je ne peux plus voler avec mon aile cassée, et personne ne veut m’abriter.

-Personne ? Viens chez moi. Tu t’installeras à l’abri du vent, du côté du soleil. Tu me tiendras compagnie et tu me chanteras tes chansons. »

oiseau8

oiseau2

Les autres arbres, étonnés, devisaient : « Je ne me charge pas d’un inconnu » sifflait le bouleau.

« Je ne veux pas perdre mes glands ni mes bourgeons » grondait le chêne.

« Je ne parle jamais à des inconnus » grognait le saule.

La nuit suivante, le grand vent du nord vint galoper dans la forêt. Son haleine glacée fit tomber toutes les feuilles, laissant les arbres nus. Mais il ne souffla pas sur les feuilles du sapin qui avait bien voulu abriter le petit oiseau.

Et le sapin garda ses feuilles tout l’hiver et les a toujours  conservées depuis.

oiseau6

oiseau5

Fl. holbrook

images du net

lundi 25 juin 2018

"Imaginons..." Mots (NoirNuit)

                                             IMAGINONS …

Et si la NEIGE était NOIRE d’encre

Serait-ce l’envers de ce décor féerique ?

L’enfer derrière l’enchantement ?

La magnificence du BLANC

Détrônée par l’éclat anthracite

L’Hiver étendrait son manteau négatif

L’or BLANC devient or NOIR …

                                            IMAGINONS …

neigenoire

Les maisons endormies, comme emprisonnées

Dans un paysage sombrement fantastique

Aux fenêtres, les lumières brilleraient

D’un autre éclat bien plus magique

Aurait-on autant envie de rêver

Face à cette solennelle obscurité ?...

                                                     IMAGINONS…

A gros flocons, ambiance surréaliste

Horizon impossible à repérer

Cette « NEIGE » paralyserait-elle nos cinq sens

Ou les aiguiserait-elle différemment ?...

                                            IMAGINONS…

 

 

Le plaisir des flocons

Qui fondent sur notre peau

L’atmosphère silencieuse

 Qui apporte la sérénité au plus profond de notre âme

La joie ferait-elle place

A une sensation d’inquiétude insidieuse, pesante ?...

                                               IMAGINONS…

L’Hiver nous irait-il comme un gant NOIR ?

Est-ce que nous broyerions plus de NOIR ?

Nos idées seraient-elles plus claires ou plus NOIRES ?

                                      N’IMAGINONS PAS…

Serait-ce la NUIT qui tombe

Pour envelopper la Terre

Du linceul de la NUIT des Temps ?...

                            N’IMAGINONS SURTOUT PAS !!....

 

Doriane Ryckman Neuville Auteure

 

samedi 5 mai 2018

"Prison"... Mots (Frénésie de Blancs)

PRISON

 

Hiver, je te laisse derrière les barreaux de ta prison

Prison toute éphémère, cela va  de soi

Tu te résigneras à emmitoufler ton froid

A gommer le bal des grêles, grésil, frimas et glaçons

Tu effaceras toutes tes nuances de Blancs

Pour céder la place au doux renouveau

Tu donneras le feu vert à son épanouissement

h8

 

Hiver, enferme-toi, tu n’as plus le choix

Le souffle timide du printemps est au coin du bois…

 

Doriane Ryckman Neuville Auteure

photographie personnelle


mercredi 18 avril 2018

"ELLE et l'Hiver"... Mots

          ELLE et l’Hiver

Des larmes de Neige tombent du ciel, harmonieuses

Et tracent des sillons sur le sol

Comparables aux larmes coulant sur ses joues, chuchoteuses…

Contemplative dessous les flocons qui volent

ELLE ne lutte plus et se laisse étourdir

Par ce ballet de Papillons Blancs virevoltant…

h7

Ce froid qui brûle semble la ravir

Les duvets pailletés , sur sa peau… fondant

Caressent ses sens en approche du plaisir…

L’échange subtil entre l’Hiver et ELLE

L’emporte dans un jardin secret… furtivement

On y chuchote, flâne, musarde, exc’ELLE

C’est un rendez-vous intime avec son âme

Peu importe le monde qui emporte le Temps

ELLE ne veut être nulle part ailleurs, dame !

 

Qu’on se le dise… ELLE s’enivre

                      De ses larmes mêlées aux larmes de Neige

                      ELLE se délivre…

                      Et se laisse fondre comme Neige au soleil…

Doriane Ryckman Neuville Auteure

photographie personnelle

dimanche 15 avril 2018

"Douce Attente"... Mots

Douce Attente…

Vêtue de ce pull si moelleux emprunt de ton odeur qui me chavire les sens

Enroulée dans ce parfum aux effluves enivrantes de nos enlacements grisants

Protégée par les souvenirs de nos échappées dans les chemins de neige

De nos baisers volés sous les branches des sapins qui nous saupoudraient de sucre glacé

Hypnotisée par la danse des flammes écarlates

Qui rejouent nos étreintes brûlantes

Qui se dénouent et se renouent de passion

Qui se lèchent et se pourlèchent

Qui s’enroulent et se caressent…  flammèches

flamme

Eblouie par l’éclat de ce paysage immaculé

D’aucune douleur terni

D’aucune trahison altéré

D’aucun doute obscurci…

                                   Face à tout ce Blanc

                                                    Habillée  chaudement

                                                                                Je me mets à nu…

Il fait froid dehors

                            Veux-tu bien fermer la porte mon Amour ?...

 

Doriane Ryckman Neuville Auteure

photographie personnelle

lundi 19 mars 2018

"Soirée..." Mots...

Soirée

Par la fenêtre, à travers les rideaux froncés

Un doux rayon de lune vient caresser

Blanc comme Neige, un coin de sa peau

Contrastant mélange avec ses dent’Elles

Son déshabillé Noir ébène, fines bretelles

Dans l’ensemble, mise en scène érotique, un tableau…

 

Elle se pelotonne dans les bras de son fauteuil

Comme au creux de son amant… absent

Tout en s’emprisonnant dans ses fourrures neigeuses

Au coin de l’âtre aux flammes entêtantes

Elle savoure cette soirée de bonheur en solitaire

Ses paupières ferment doucement son regard rêveur…

 

La Neige s’est mise à tomber, flocons pointillés…

h3

 

Doriane Ryckman Neuville Auteure

vendredi 16 mars 2018

"Bourrasques de l'Existence"... Mots

                                 Bourrasques de l’Existence

Des bourrasques de flocons brouillent le paysage

Souffle vent d’Hiver

Déploie toute ta colère !

Facile alors de se perdre dans ce brouillard

De déraper de ce chemin antipathique

 

Tu me kidnappes dans ta tourmente

Je m’égare dans tes tourbillons

Tu me prends corps et âme

Je m’engourdis sous ton air vif

Tu me brises dans tes rafales

Je me paralyse de froid

h9

 

La Neige, silencieuse, se mêle à mes larmes

Mais… J’aperçois, au loin, une éclaircie

Je me redresse, face à toi Colère Blanche…

   Je m’étais égarée

Mes pas, dans le Blanc, laissent des traces surprenantes…

          Doriane Ryckman Neuville Auteure

Dans mon Projet "Frénésie de Blancs"

Photographie personnelle manipulée

mercredi 14 mars 2018

La Mariée de l'Hiver... Mots

             La Mariée de l’Hiver

Dent’Elles Blanches de flocons insoumis

Recouvrent son corps d’un éclat immaculé

Et sculptent ses formes évocatrices

Dans des superpositions de Blancs vaporeux

Elle est vraie, sans artifices

Et, du fait de sa fragilité raffinée

Pure comme la Neige qui n’a pas touché le sol

Un souffle d’antan sur son voile de Mariée

Semble lui donner des ailes de pureté

Sa liberté d’âme, en absence d’entraves

Remue le Cœur de son Alter Ego

Son Il en contraste Noir Nuit

 

Et dans ce poudroiement scintillant

Avec gourmandise, ils se dévorent des yeux…

 

Doriane Ryckman Neuville Auteure (pour mes Filles)

Projet "Frénésie de Blancs"

Photographie personn'Elle

miroir5